ROCCAT Khan AIMO de face

Test du ROCCAT Khan AIMO

Une belle surprise, c’est ce que représente incontestablement le ROCCAT Khan AIMO. Avec son apparence presque quelconque, le casque 7.1 gaming sait pourtant séduire.

Après un classique casque ROCCAT Khan Pro, aux traditionnels connecteurs jack 3,5mm, voici venir le ROCCAT Khan AIMO. Ici, c’est de l’USB et de l’USB seulement. Donc avant achat, dites-vous bien qu’il ne servira qu’à votre PC, et uniquement à votre PC ! Point question de l’utiliser en nomade sur un smartphone ou une tablette, ni de tenter de l’accoupler avec votre PS4 ou votre Xbox One (problème de format audio, tout çaaaa). Voilà, c’est dit !

packaging du ROCCAT Khan AIMO

Bref, passons à la bête elle-même. A l’ouverture de la boîte, le casque 7.1 de ROCCAT n’en jette pas particulièrement. Le design est sobre, presque austère. Ah, la rigueur germanique !

Seul le discret éclairage RGB propre à la gamme AIMO vient apporter une touche de folie. Il est d’ailleurs plutôt réussi puisqu’il sait se montrer élégant plutôt que pimpant et aveuglant. De quoi être raccord avec votre clavier ROCCAT Horde AIMO et votre souris ROCCAT Khone AIMO.

Le microphone

Regrettons le microphone non dissimulable qui prend la forme d’une tige rigide peu élégante. Le relever à la verticale coupe automatiquement le dispositif. Et, vous l’avez deviné, le descendre en position d’utilisation active le microphone. Une petite « loupiote », à la manière de ce que propose le SteelSeries Arctis 5 n’aurait pas été de trop si, comme moi, vous êtes du genre paranoïaque à vouloir être certain que le système n’a pas rendu l’âme.

ROCCAT Khan AIMO à plat

La voix est parfaitement captée et retransmise avec clarté. Pour s’amuser, la suite logicielle ROCCAT Swarm peut modifier votre voix, ce qui permet de changer de sexe (si si) ou de passer pour un monstre. Avouez, cette fonctionnalité est indispensable !

Le microphone, en dépit de sa grande qualité, n’est toutefois pas assez directionnel et se fera le plaisir de capter ce qui vous entoure (la télé, par exemple).

Confort et légèreté

Une fois coiffé, le ROCCAT Khan AIMO sait se faire oublier. Le casque s’avère léger. Et ses écouteurs ovals en simili-cuir entourent parfaitement les oreilles sans les écrabouiller. Poteurs de lunettes, comme moi, vous serez ravis ! Cela évite d’avoir les branches incrustées dans la peau après plusieurs heures de jeu.

L’arceau réglable glisse le long d’un rail métallique, ce qui est plutôt rassurant. J’ai vu trop de casques 100% plastique exploser en vol en à peine un an, sans pour autant jouer les bourrins sur les arceaux…

ROCCAT Khan AIMO de côté

Le plaisir des oreilles

Une fois en jeu, le casque ROCCAT Khan AIMO m’a semblé très satisfisant. J’ai même été étonné de la netteté du son. Voix comme bruitages s’avèrent très clairs et précis. Le 7.1 virtuel permet de détecter plutôt bien l’origine d’un bruit.

Pris au jeu de la découverte, voici que je navigue de Call of Duty : WWII à World of Warcraft en passant par Elite : Dangerous et World of Warships. A chaque fois la même impression : clarté, netteté et une véritable redécouverte auditive. Et pourtant, ce n’est pas faute d’avoir eu du bon matos avant.

ROCCAT Swarm : un modèle !

Comme pour les autres périphériques de la gamme, le ROCCAT Khan AIMO se pilote depuis la suite ROCCAT Swarm. Celle-ci est claire, complète et particulièrement intuitive d’utilisation. Même si, dans le cas du casque, la mise à jour du firmware et sa détection ont nécessité de se retrousser les manches. A force de connexions et de déconnexions du ROCCAT Khan AIMO sur le port USB, cela a fini par passer. En outre, il fallait absolument un port en façade et non à l’arrière du PC. Certainement une question de capacité d’alimentation du port.

ROCCAT Swarm intègre des pré-réglages de l’égaliseur pour tous les types de jeu, et ils se révèlent réussis. Étonnamment, activer le boost des basses empêche de choisir un profil. C’est l’un, ou l’autre. Alors soit vous faites sans le boost des basses (et on note une perte de profondeur de ces fréquences), soit vous l’activez mais devrez ajuster l’égaliseur manuellement. Cela dit, rien ne vous empêche de reproduire votre profil préféré !

shut up and take my money

Je l’achète ou pas ?

Commercialisé autour de 115-120 euros, le ROCCAT Khan AIMO constitue un choix judicieux pour le joueur qui souhaite un casque gaming avec son 7.1 de qualité. Reste que le prix est un peu élevé compte tenu du manque de polyvalence de l’accessoire. Si vous voulez un casque capable de cohabiter avec PC et consoles, c’est raté.

Mais si, pour vous, le look flashy n’est pas votre tasse de thé et que vous recherchez un matériel de qualité qui fait le job, n’hésitez pas !

Deutsch qualitat !

Publié par

Takarde

Chargé de contenu digital chez Micromania-Zing | Conseil et CM pour annaetmatteo.com | Fondateur d' ap-comunity.fr 👉Diplômé Chef de projet multimédia chez Visiplus Academy 👈

Une réflexion sur « Test du ROCCAT Khan AIMO »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *