Shadow : test du PC dans le Cloud !

Alors Shadow, le PC dans le Cloud de la société française Blade, ça vaut quoi ? Je vous livre mon avis sur ce que l’entreprise présente comme « le PC du futur ». Et si vous voulez essayer, ce code de parrainage Shadow vous fait gagner 10 euros sur votre premier mois : ARNJB3VB.

Shadow est le bébé de l’entreprise française Blade. Il s’agit d’un service de PC à distance (dans le Cloud). A la différence de projets comme xCloud de Microsoft ou encore Stadia de Google, Shadow n’est en rien un service fermé. Il ne nécessite pas un terminal spécifique pour accéder à un contenu sous licence et limité.

Shadow, c’est quoi ?

Shadow, c’est un véritable PC de gaming. Avec un Windows 10 doté des mêmes fonctions qu’un ordinateur qui serait physiquement chez vous. Vous accédez à votre Shadow en utilisant une application sur votre propre PC, votre Mac, votre smartphone ou votre tablette. Il est aussi possible d’acheter une box, dont le dernier modèle nommé Ghost fera l’objet d’un prochain test.

A condition de disposer d’au moins 15 mbps en descendant (download) sur votre connexion, vous ne ressentez aucun décalage. J’ai beau lire des critiques, des joueurs souffrant de soi-disant « input lags » (décalage entre la commande frappée et l’action à l’écran) : aucun souci de mon côté. Même sur des jeux en ligne !

Shadow, comment ça marche ?

Du coup, votre simple PC bureautique (ou votre PC gaming dépassé) permet, avec Shadow, d’accéder à tous les jeux récents comme si vous disposiez d’une bête de course. Blade nous promet le jeu en 60Hz en 4K ou en 144 Hz en 1080p. Le support d’un second moniteur est même en test sur le client bêta.

En clair, votre PC, tablette, etc. ne fait que diffuser le flux vidéo reçu. Chaque appui sur une touche ou chaque action sur votre manette est envoyé au Shadow qui calcule à la place de votre support et renvoie le résultat.

Vous installez sur votre PC virtuel les jeux et programmes comme vous le feriez sur un PC local. Tout est stocké sur le disque dur du Shadow. Et quand vous téléchargez des fichiers, vidéos ou autre contenus, c’est avec la connexion du PC dans le data-center de Blade. Jugez plutôt : vous avez 1 Gbps en descendant pour 100 Mbps en montant. Autant vous dire qu’aspirer le dernier Battlefield ou l’intégral de World of Warcraft ne vous fera plus jamais peur !

 

Shadow Ghost
La Ghost est une box qui permet d’accéder au service Shadow sans PC !

Les points noirs de Shadow

Le tableau est-il tout rose ? Non, car déjà les CPL ne sont pas recommandés pour jouer à Shadow. Quant au Wi-Fi, il n’offre clairement pas une stabilité suffisante, même en 5GHz. N’en déplaise à Blade, qui parle d’ADSL, la fibre est clairement recommandée !

Quand à l’USB sur IP, qui permet théoriquement de connecter à Shadow une clé ou un périphérique USB, il s’avère particulièrement capricieux. Pour faire reconnaître mon joystick Thrustmaster T.16000 et sa manette des gaz, il a fallut installer plusieurs fois les drivers, brancher, débrancher, recommencer…

Et même maintenant, rien ne dit que cela fonctionne du premier coup quand je lance Shadow ! En prime, pour un fan de simulation de vol, sachez que le Track IR fonctionne très mal. Non, en fait le Track IR ne fonctionne pas du tout ! Les solutions alternatives comme OpenTrack ou FaceTrackNoIR demandent, elles, de recourir à Hamachi depuis votre PC local et votre Shadow… C’est fun ! Hamachi envoie alors en UDP les instructions depuis votre PC local vers la session Hamachi sur le Shadow.

Vous aimez jouer en ligne, donc en vocal avec vos potes ? Bonne chance, voici la procédure pour que votre microphone fonctionne avec Shadow. En supposant qu’en plus votre débit montant (upload) tienne le coup. Ce qui n’est pas forcément gagné avec de la fibre coaxiale (qui représente quand même une part non négligeable du marché). Et en parlant de débit, compenser le faible stockage proposé par Blade (256 Go) via un disque externe en USB, c’est non. Pour échanger avec votre Shadow, votre upload a intérêt aussi à être bien musclé ! Si vous affichez moins de 10 Mbps, vous pouvez oublier (dixit un modo sur Discord).

Pour conclure avec Shadow :

Bref, Shadow c’est vraiment top si :

  • Vous ne comptez pas connecter pléthore d’accessoires USB et jouer essentiellement à la manette ou au clavier / souris.
  • Jouer en ligne sans microphone, si votre connexion ne tient pas en upload, ne vous effraie pas.
  • Vous avez une fibre STABLE et vous utilisez un câble Ethernet SANS CPL.
  • Avoir un PC régulièrement mis à jour sans surcoût (changement de CPU, carte graphique, etc. par les équipes de Blade) vous intéresse.

Ah oui, quel est le prix du Blade Shadow ? A partir de 29,95 euros par mois, avec un engagement de 12 mois. Et 39,95 euros sans engagement. Si vous souhaitez tester un mois sans engagement à 19,95 euros, n’hésitez pas à utiliser mon code de parrainage Shadow : ARNJB3VB sur https://shop.shadow.tech/

Have fun !

Des tests matos :

Test du ROCCAT Khan AIMO

Test du ROCCAT Horde AIMO

Review : Razer Raiju Ultimate

Publié par

Takarde

Chargé de contenu digital chez Micromania-Zing | Conseil et CM pour annaetmatteo.com | Fondateur d' ap-comunity.fr 👉Diplômé Chef de projet multimédia chez Visiplus Academy 👈

2 réflexions au sujet de « Shadow : test du PC dans le Cloud ! »

  1. dont le dernier modèle nommé Ghost fera l’objet d’un prochain test*

    Sinon, très bon article, on l’a testé le mois dernier et adopté dès ce mois-ci, suite à la révérence finale d’un portable gaming qui a fini par rendre l’âme après presque 7 ans de bons et loyaux services.

    À noter – et ce n’est pas précisé dans le test – que les composants hardware sont amenés à évoluer relativement « régulièrement » (mais sans intervalle fixe), ce qui justifie qu’un abonnement soit viable sur le long terme. Sinon, il serait légitime de se demander s’il y a un vrai intérêt à payer 30€ par mois pour un PC qu’on aurait rentabilisé en 2 ou 3 ans en l’achetant.

    Là, votre machine évolue, il est même murmuré dans les coulisses qu’un service de personnalisation de machine pourrait être envisageable dans un futur plus ou moins lointain.

    La techno est au point, on l’utilise sur un VDSL2+ en 90/20 et non seulement le ressenti est seamless, mais en plus ça ne bouffe pas la connexion des autres PC de la maison, alors je n’imagine pas sur une co fibrée ^^ Il existe d’ailleurs des options de débit auto / manuel et de préférence entre qualité et fluidité (pour les plus petites connexions)

    Bref, il est évident qu’avec l’invasion progressive du Cloud, on sera un jour tous connecté de cette manière à nos services, en premier lieu notre PC.

    J2

    1. Oups, j’ai corrigé le nom de la box effectivement.

      Je suis fan, mais sans support TrackIR je ne suis pas certain de maintenir l’abo. L’idée c’était quand même de dégager mon UC, pas de la conserver juste pour la simu…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *